Des droits et devoirs de l’avocat …

… Ou comment gérer les clients “difficiles”

Cela faisait quelques temps déjà que j’envisageais de rédiger un article sur ce thème afin de répondre à de nombreuses interrogations de justiciables qui, aux moindres problèmes avec leur avocat, les menacent de contester leur honoraire ou/et d’engager leur responsabilité professionnelle, problèmes qui, bien souvent, surgissent en raison du comportement même du justiciable dû à sa méconnaissance du droit et de la justice en général et de notre profession en particulier.

Rappelons-en les principes essentiels (article 1 du Réglement Intérieur National de la Profession d’Avocat) : l’avocat exerce ses fonctions avec dignité, conscience, indépendante, probité et humanité. Il respecte en outre dans cet exercice les principes d’honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie. Il fait preuve à l’égard de ses clients, de coméptence, de dévouement, de diligence et de prudence.

Ajoutons y quelques dispositions prévues par le code de déontologie des avocats européens adopté par le Conseil des Barreaux européens à Strasbourg le 28 octobre 1998 et intégré à l’article 21 du Réglement Intérieur National de la Profession d’Avocat : l’avocat n’agit que lorsqu’il est mandaté par son client. L’avocat n’accepte pas de se charger d’une affaire s’il sait ou devrait savoir qu’il n’a pas la compétence nécessaire pour la traiter, à moins de coopérer avec un avocat ayant cette compétence. L’avocat ne peut accepter une affaire s’il est dans l’incapacité de s’en occuper promptement, compte tenu de ses autres obligations. L’avocat ne peut exercer son droit de ne plus s’occuper d’une affaire de manière telle que le client ne soit pas en mesure de trouver une autre assistance judiciaire en temps utile.

Terminons cet exposé des textes par une disposition de notre propre Réglement Intérieur (celui du Barreau de la Seine-Saint-Denis) qui précise, dans son article 10-II que : l’avocat est en droit à tout moment d’interrompre sa mission, à charge d’en prévenir son client en temps utile pour lui permettre d’assurer la défense de ses intérêts.

About jeanwadier

Writer editor translator curator @ paper.li jeanwadier
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s